Votre guide de référence depuis 2005
Vous êtes ici :
Accueil » Nos conseils en assurance » Que deviennent les motos volées, et coment éviter les vols ?

Que deviennent les motos volées, et coment éviter les vols ?

Voici les précautions à prendre pour ne pas avoir la désagréable surprise de constater que votre véhicule a disparu pendant la nuit. Quelles sont les mesures à prendre ? Comment lutter efficacement contre le vol ? Quels sont les meilleurs dispositifs ?

Tous les possesseurs de deux roues doivent considérer le risque que représente le vol éventuel de leur monture. Il est nécessaire de trouver les protections adéquates pour sécuriser au mieux votre moto, et faire marcher les assurances si vous avez les garanties nécessaires.

Quelles sont les motivations des voleurs ?

Voler pour les pièces détachées :

Les statistiques montrent qu’environ 60% des vols de deux-roues sont destinés au marché des pièces détachées, souvent dans le but de revendre la moto blanchie de ses numéros de série gravés sur le châssis.

Voici un exemple d’un voleur / receleur « indépendant » qui opère en 3 étapes :
Au préalable, il commence par éplucher les petites annonces sur des sites web bien fournis, pour acheter une épave de moto avec ses papiers en bonne et due forme. Bien entendu, toutes les épaves ne seront pas intéressantes à ses yeux. Il s’orientera de préférence vers des modèles répandus et prisés.
Une fois l’achat effectué, il passe à la deuxième étape de son plan : il repère dans la rue un modèle identique à l’épave qu’il a acheté (en règle) auparavant. Après une période d’observation, il passe à l’acte en volant la moto. La troisième étape peut alors débuter.
Il démonte la moto en pièce pour la remonter ensuite sur le cadre de l’épave. S’il est bon mécano, il revendra sans peine la moto considérée comme étant en règle.
Tous les voleurs ne sont pas des mécaniciens capables de démonter et remonter une bécane correctement. C’est qu’il ne faut pas éveiller les soupçons des potentiels acheteurs ! C’est pourquoi beaucoup de voleurs de moto travaillent sur commande pour des receleurs. A chacun son métier pourrait-on dire…

Regardez la vidéo ci-dessous, à la fin, les propos corroborent exactement la méthode décrite plus haut.

Voler pour mieux voler :

Il existe une autre forme de vol, moins répandue que la précédente qui vise à voler un deux-roues pour commettre d’autres larcins comme des braquages. Dans l’hypothèse où les malfrats devraient fuir et abandonner leur véhicule, ce dernier ne permettrait pas de remonter jusqu’à leur identité.
On note que les véhicules les plus volés pour ce type d’action sont généralement des motos ou des scooters puissants, comme le Yamaha 500 Tmax qui offre une bonne stabilité, et sont très véloces.

Voler pour s’amuser :

Il y a ensuite les voleurs occasionnels qui volent pour des raisons personnelles. En général, le voleur ne garde pas longtemps le véhicule, juste le temps de s’amuser un peu avec, et si le propriétaire retrouve son deux-roues, c’est hélas bien souvent dans un piteux état.

Les différents modes opératoires des voleurs de moto

Comme nous venons de le voir, les motivations qui poussent les voleurs à dérober votre monture ne sont pas toujours les mêmes, et le mode opératoire diffère selon les cas.

La plupart du temps, les motos sont volées en stationnement. Le voleur aura pris le temps de repérer sa cible, et attendra le moment propice pour dérober la moto, le plus rapidement possible sans être dérangé. Pour aller vite, il se doit d’être équipé en conséquence : pince monseigneur, disqueuse, masse, et surtout un véhicule utilitaire pour embarquer l’engin. On ne le répètera jamais assez, attachez votre moto à un point fixe (et solidement ancré) !

Une autre technique fréquemment rapportée consiste pour le voleur à repérer une petite annonce pour un véhicule qui l’intéresse. Il se présente au RDV comme un acheteur normal, demande à essayer la moto, et ne revient jamais avec. Pour gagner la confiance du vendeur, il aura laissé au choix : un faux chèque de banque, sa voiture… mais elle aussi volée, ou encore de fausses pièces d’identité !

Les vols de moto à l’arraché, appelés aussi bike-jacking, sont moins répandus car beaucoup plus risqués pour les voleurs. Cela dit, soyez toujours vigilent quand vous êtes à l’arrêt (par exemple aux feux rouges), surtout dans des zones dites « à risque ».

Les mesures de précaution

Vous le savez surement, il n’existe pas de solution 100% inviolable. En revanche, il est recommandé de multiplier les systèmes de protection afin de ralentir au maximum le processus du vol. En règle générale les voleurs n’aiment pas s’attarder sur les lieux du délit, et abandonneront devant la multiplicité des points de sécurité, trop longs à déjouer.

Garez votre moto dans un lieu sûr.

Il faut avant tout la protéger des regards indiscrets, par exemple dans un box fermé et si possible sécurisé. A contrario, ne laissez pas « dormir » votre moto en pleine rue, surtout dans des zones considérées comme « à risque ». Si vous ne disposez pas de parking boxé, recouvrez votre monture avec une bâche. Cette mesure peut sembler un peu dérisoire, mais ne coûte pas grand-chose.
Et si vous n’avez d’autres choix que de garer votre moto dans la rue, veillez à ce que ce soit dans un endroit bien éclairé, et visible de tous.

Attachez votre moto à un point fixe !

C’est une règle de base. Vous pouvez cumuler les types d’entrave (chaînes, bloc disque ou U), si votre moto n’est pas attachée à un point fixe, les voleurs n’auront aucun mal pour la mettre dans une fourgonnette, sans chercher à faire sauter les antivols sur place.
Si votre 2 roues est garé dans un box ou un garage dépourvu de point fixe et inamovible, il est conseillé d’installer une ancre à un mur, ou un poteau solidement scellé du sol au plafond.
Bien entendu ces mesures de sécurité ne sont pas toujours évidentes à mettre en place et parfois coûteuses, mais peuvent s’avérer très dissuasives.

Multipliez les antivols

La multiplication et la variation des points de sécurité contribue efficacement à ralentir les voleurs. L’addition d’une chaîne, d’un bon U, et d’un antivol électronique peut être un bon compromis, à condition encore une fois, d’attacher votre moto à un élément inamovible.

Evitez que votre antivol soit en contact avec le sol

Parfois plus facile à dire qu’à faire, un dispositif tel qu’une chaîne à même le sol sera beaucoup plus facile à casser ou à cisailler par les voleurs.

Le tatouage des pièces moteur

Cette solution n’évite pas forcément le vol de votre moto, mais enrayera la revente des pièces détachées. Certaines compagnies d’assurance imposent à leur client de graver systématiquement les pièces du moteur de leur véhicule.

Quels sont les différents antivols ?

Penchons-nous dans un premier temps sur les antivols mécaniques, les plus répandus pour sécuriser un deux roues.
Antivol U NRA
La meilleure protection est sans doute le « U » à condition qu’il soit de bonne facture, conforme aux normes européennes, agréé SRA (Sécurité et Réparation Automobile) et contrôlé par l’AFNOR. Il est aussi facilement transportable.

Vient ensuite la chaîne, qui, si elle peut rivaliser avec le U en termes d’efficacité, s’avère beaucoup plus encombrante et parfois très lourde.

Le bloc disque n’a en revanche pas une très bonne réputation en matière de sécurité car il ne permet pas d’attacher la moto à un point fixe. D’autre part, les voleurs le casseront facilement avec une bonne perceuse si ce dernier s’avère un peu faiblard. Il faut néanmoins lui reconnaître quelques atouts indéniables comme son faible encombrement et son poids plutôt léger.

Les antivols électroniques
Les dispositifs de mouvement : selon la sensibilité de l’appareil, une alarme se déclenchera et dissuadera (ou pas) le voleur. Si le module est repéré, il peut très facilement être neutralisé.

L’antivol « traceur » à balise GPS (géolocalisation par satellite) ou GSM (géolocalisation par triangulation) : couplé à une bonne sécurisation mécanique, cette technologie peut être très intéressante, à condition d’agir vite.

On trouve ensuite le coupe-circuit. Divisé en deux parties, l’une sur vous et l’autre sur la moto, cette dernière ne pourra démarrer qu’en votre présence. Si les voleurs sont équipés d’une fourgonnette, cette sécurité sera totalement inefficace.

Les assurances

Les clauses de votre contrat d’assurance influenceront sans doute le choix de votre dispositif antivol. Certains assureurs ont des exigences particulières sur les normes, le nombre, et le type de protection. Renseignez-vous bien avant d’investir dans la protection de votre 2 roues ! Si vous êtes assuré contre le vol, mais que votre dispositif n’est pas en adéquation avec les exigences de votre assureur, vous risqueriez de ne pas être couvert.

Que faire en cas de vol ?

- Si le lieu du vol présente des traces d’effraction, surtout ne touchez à rien, et prenez d’éventuelles photos qui faciliteront par la suite votre indemnisation auprès de votre assureur.
- Portez plainte au commissariat de police le plus proche. Vous avez 24h pour le faire. Attention, même si (à juste titre) vous considérez que cela ne sert à rien, et que votre dossier sera classé sans suite, le dépôt de plainte est une condition sine qua non pour une éventuelle indemnisation de votre assureur.
- Informez ensuite votre assureur du vol de votre véhicule. Si votre contrat couvre le vol, vous serez peut être indemnisé (en partie du moins) si les conditions vous sont favorables.

Rechercher :


Guide de l'assurance

site d'information indépendant
A propos
Assurance-motos.net est un site totalement indépendant, animé par des rédacteurs passionnés possédant plus de 10 années d’expérience dans le web motard. Le contenu que vous trouverez ici est unique, et sa reproduction strictement interdite.
© assurance-motos.net 2005 - 2013